Le problème du chômage et les moyens pour le supprimer

Aujourd’hui le chômage est un problème d’actualité majeur. Plusieurs partis politiques présentent des programmes pour lutter contre ce fléau. Mais le nombre de chômeurs sous forme de travailleurs sans emploi et de travailleurs vivant d’emploi précaire ne fait qu’augmenter. Les faits ne font que montrer l’inéfficacité de leur programme.

Quelles sont les causes de ce chômage ?

Ces causes proviennent de trois sources : la surproduction de marchandises, le travail spécialisé et l’inadéquation entre productivité général du travail et le temps de travail.

 La crise de surproduction des marchandises

La surproduction est un phénomène économique où une grande quantité de marchandises se trouvent invendables sur le marché. Les marchés se trouvent alors encombré, le commerce mondial chute. Les prix s’effondrent.

Un exemple frappant est la surproduction actuelle du pétrole (chute de près de 75% entre mi-juin 2014 et le jeudi 21 janvier 2016) et des métaux industriels (là aussi les cours se sont effondrés).

Avec la baisse des cours, les entreprises vendent à perte et se verront obliger de réduire leur nombre d’employés (chômage)

Mais cela n’est que la première phase de la crise de surproduction, la deuxième phase est la transformation de la crise de surproduction en crise financière.

Ainsi avec l’effondrement du système financier, tout le système industriel et commercial s’effondre et le nombre de chômeurs atteint son maximum.

Ces crises de surproduction se repètent régulièrement, parce que la production n’est pas planifiée d’avance.C’est-à-dire à cause du caractère imprévisible et anarchique du marché. Et cela engendre donc nécessairement du chômage de masse.

Exemple de crises de surproduction de ce genre : La crise de 1929 et la crise de2008.

Pour éviter les crises de surproduction, il faut planifier toute l’économie.

Certains pourront dire cela n’a pas marché dans les économies soviétiques.Mais en réalité, la cause de la chute de ces économies est dû au fait que la production des biens de consommation était plus lente que la production des moyens de production. Ce qui conduit à une marche anormale et dangereuse de l’économie.

Le père de cette théorie erronée et catastrophique est Lénine (voir dans son ouvrage« Pour caractériser le romantisme économique » p.12 où il développe cette théorie absolument anti-marxiste).

Même l’économiste Sismondi était contre cette théorie la qualifiant de dangereuse.

Donc il ne faut jamais confondre la planification de l’économie pour les besoins du peuple et la planification soviétique pour les seuls bésoins de profit de la Nomenklatura soviétique.

 La spécialisation du travailleur.

Lorsqu’un travailleur est spécialisé dans un domaine, dès qu’il y a chômage ou suppression de cette branche (par des révolutions dans les méthodes de travail, informatisation, etc.), la personne se trouve superflue.

C’est pour cela qu’on observe une pénurie d’emploi dans certaines branches de la production et le chômage dans d’autres.

Donc, sans former les travailleurs pour qu’ils puissent travailler dans n’importe quel branche du travail sans être spécialisés dans un métier déterminé, le chômage ne peut être vaincu définitivement

Hausse de la productivité générale du travail sans baisse proportionnelle du temps de travail

Sous le capitalisme, avec le développement des techniques et méthodes de travail, la productivité du travail augmente sans cesse. Le résultat est que, à temps de travail constant, un même nombre de salariés est capable de mettre en oeuvre de plus en plus de moyens de travail.

Cela crée donc la possibilité soit de suppression d’emploi, soit de rétrécir le nombre d’emploi disponible.

Mais la hausse de la productivité du travail crée aussi les conditions de la baisse du temps de travail sans diminution du salaire.

Remarques : Les solutions à ces trois causes du chômage sont impossible à réaliser dans un régime basé économiquement sur les entreprises privéesIl faut donc un changement radicale de l’économie pour en finir avec ce chômage. 

Enfin, une solution sans appliquer les autres est vain et conduit nécessairement au même chômage.

Publicités

A propos Jao Aliber

Je me définis comme un enseignent-chercheur dans le domaine du marxisme.J’éprouve un grand plaisir d’explorer ce domaine cela me viens du fait que depuis enfant la politique, l’économie, la philosophie, l’histoire étaient une grande curiosité pour moi , une porte pour découvrir les autres peuples. Lors de mes études supérieures au Maroc, j’ai vraiment découvrit et compris le marxisme à travers Internet(le cerveau de l’humanité en gestation !), c’était une bouffée d’oxygène incroyable.Toutes les contradictions sociales(misère, chômage) prennent un sens dans la société actuelle. Mes études théoriques que je publie ici ou ailleurs (Agoravox) ne sont qu’une contribution à la conscience scientifique d’une nouvelle superclasse de chômeurs et précaires qui monte actuellement.Au début je ne le savais pas, je ne l’ai su qu’après coup comme résultat de la lutte des classes dans le domaine théorique.
Cet article a été publié dans Economie politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s