Le travail varié et ses effets sur la classe salariée actuelle

D’abord, qu’est-ce que le travail varié ?

Selon le dogme capitaliste, chaque salarié est fait pour un métier déterminé et ce système s’efforce de maintenir la classe salariée dans cette condition au prix de millions de chômeurs, de travailleurs précaires, etc.

Ainsi dans ce système, le travail spécialisé crée forcément le chômage autrement dit, l’existence de travailleurs spécialisés, sous le régime de l’industrie moderne, implique l’existence d’une population de chômeurs croissante(sur une longue période) et permanente.

La production des marchandises est fait par des entreprises privées. Chaque entreprise produit sans tenir compte du besoin réel de la population et il arrive très souvent des crises de surproduction.

Par exemple actuellement il y a surproduction de pétrole et d’acier( qui sont nécessaires pour produire plus de 90% des produits manufacturés). On a donc en réalité une surproduction dans l’ensemble de l’industrie. Et lorsqu’il y a surproduction, on ferme les usines, on licencie, bref on aboutie au chômage.

Donc la surproduction crée le chômage.

Or pour qu’il ait surproduction dans une branche de production, il faut qu’il ait aussi sur-travail dans cette branche.

A la surproduction de marchandises correspond donc du sur-travail, c’est-à-dire une surproduction de travailleurs spécialisés dans cette branche déterminé.

On est donc arrivé a un stade économique où le travail spécialisé dans une branche de production, sur une longue période, aboutit au sur-travail et donc à la surproduction.

Il faut donc que le travailleur change de métier le plus souvent coûte que coûte pour ne pas crée trop de voitures, trop d’ordinateurs, trop de pétrole, trop d’acier,etc.

Tellement que sa capacité de production, sa productivité du travail est élevée si bien que le travailleur, le prolétaire ne peut se permettre de travailler tout au long de l’année dans une seule branche.

S’il arrive à le faire sous le capitalisme, c’est au prix des millions de chômeurs permanents.Et lui-même risque d’ atterrir parmi ces chômeurs.

Sous le capitalisme, le changement de métier se fait donc avec violence, et à l’aveuglette, c’est-à-dire par le chômage et le travail précaire. Dès qu’il y a sur-travail dans une branche, les entreprises sont obligées de  licencier (de « restructurer ») sous peine de faillite(la concurrence des autres entreprises oblige).

Pour éviter ce changement violent, il faut le plus grand développement des aptitudes physiques et intellectuelles du travailleur pour qu’il change de métier selon les nécessités de la production. C’est cette nécessité de changement de métier permanent que Karl Marx appelle le principe du travail varié.

Il fut le seul économiste à le découvrir et on peut voir la démonstration complète dans le Capital pour les curieux (p. 165-166).

Avec la productivité du travail actuelle(machines et logicielles informatiques), sans travail varié, on aboutit fatalement à une crise de surproduction et donc au chômage.

Comment le travail varié accroît le salaire ?

Le salaire est la valeur de la force de travail, celui-ci est déterminé, pour un salarié qualifié, en grande partie par les frais de formation.

Exemple : comparer salaire d’un bac+ 0 avec un bac+5, le rôle de la formation se fait grandement sentir dans les salaires.

Donc plus les frais de formation croissent, plus le salaire croît.

Or, pour éviter le chômage, le travailleur d’aujourd’hui est obligé de travailler selon le principe du travail varié. Cela implique un apprentissage du plus grand nombre de métiers possibles et donc par là même le plus grand développement de son salaire car plus il se forme, plus sa force de travail devient complexe et cher.

Les conditions économiques nécessaires pour instaurer le travail varié

Il y a deux conditions principales :

1° On doit produire selon les besoins de la population locale (nationale ou fédérale selon le type d’Etat) et par conséquent toutes les entreprises et les ressources du pays doivent être utilisés uniquement dans le but de satisfaire la population nationale.

Exemple : Si en 1 mois, on peut produire la quantité de voitures que la population française a besoin en une année (avec la productivité du travail actuelle et le nombre d’usines dont dispose la France à l’intérieur et à l’ extérieur, cela est possible), les salariés de cette branche doivent changer de spécialité après 1 mois de travail . Sinon, on crée une situation de surproduction de voitures et par conséquent du chômage dans ce secteur.

2° Toutes les entreprises doivent être nationalisés, sans quoi, la distribution dynamique du travail entre les différentes branches serait impossible. Donc sans nationalisation, le principe du travail varié est impossible.

Le principe du travail varié est un système de production où la recherche du profit et de l’éternelle croissance économique n’ont plus de place. On ne produit que selon les besoins de la population .

Publicités
Cet article a été publié dans Economie politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s