Comment Rosa Luxembourg voulait exploiter le prolétariat

Nous savons qu’au 20 e siècle, après l’expropriation des capitalistes, la seule forme d’exploitation du prolétariat ne pouvait se faire que sous cette condition:le développement plus rapide de la production des moyens de production par rapport à la production des articles de consommation.

Cette condition permet la production d’une plus-value, d’un surproduit que seuls les dirigeants du Parti (ce qu’on appelle bureaucratie ou Nomenclatura) peuvent consommer.

C’est justement cette condition que Rosa Luxembourg a concocté comme une condition normale de la reproduction élargie du capital:

On aboutit à la même conclusion(c’est à dire le fait que la loi de Marx sur la reproduction progressive soit contradictoire NDLR) par un autre raisonnement. Il est évident que la composition organique de plus en plus élevée du capital, c’est-à-dire la croissance plus rapide du capital constant par rapport au capital variable, trouve nécessairement son expression matérielle dans la croissance plus rapide de la production de moyens de production (section I) par rapport à la production dé moyens de consommation (section II). Une telle différence dans le rythme de l’accumulation des deux sections est cependant absolument impossible dans le schéma de Marx, qui se fonde sur la conformité absolue de leur croissance(https://www.marxists.org/francais/luxembur/works/1913/rl_accu_k_25.htm)

Et c’est ainsi qu’elle a qualifié la condition de Marx(développement plus rapide de la production des articles de consommation) de contradiction.

En effet, après l’expropriation des capitalistes, avec la condition de Marx, l’exploitation du prolétariat devient impossible.C’est pour cela qu’elle a qualifié la condition de Marx de contradiction.

Elle rejoint ainsi les léninistes dans leur économie basée sur la pénurie.Cette pénurie provenant du fait que la section 1 croit plus vite que la section 2, en contradiction avec le développement normal des entreprises

Et dire que le parti révolutionnaire allemand était dirigée par une telle exploiteuse…Et l’autre partie du parti social-démocrate était tenu par les réformistes…

Nous savons ainsi  qu’en Allemagne et en Russie, il n’existait pas, en réalité, de parti communiste.

Le niveau théorique moyen du prolétariat était faible pour constituer un parti politique à eux d’où leur domination politique, au 20 e siècle, après la mort de Marx et Engels, par une classe intellectuelle petite-bourgeoise(léninisme) et par la bourgeoisie(réformisme)

Publicités
Cet article a été publié dans Economie politique, Histoire, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s